En cas de force majeure (ex. décès ou maladie d’un proche) et sur présentation d’un justificatif, la mobilité peut être interrompue momentanément.
Dans tous les cas l’accord écrit de l’université d’accueil et d’origine est requis, et le coordinateur doit en être informé au préalable.

En cas de suspension prolongée (plus de 4 semaines) un accord doit être trouvé entre l’université d’origine et l’université d’accueil pour la validation des études. De même si l’interruption empêche l’étudiant de passer ses examens à l’Université d’accueil, un accord doit être trouvé, pour que l’étudiant ne perde pas complètement le bénéfice de sa mobilité en termes de crédits ECTS. Dans tous les cas l’étudiant finance lui même les voyages supplémentaires.
En cas d’interruption de la mobilité supérieure à 4 semaines le versement de la bourse est suspendu jusqu’au retour dans l’université d’accueil, la durée de la mobilité peut être prolongée d’autant.